Dire je

Si vous êtes suffisamment âgé pour avoir subi l’apprentissage des bonnes mœurs en matière de rhétorique, vous faites peut-être partie comme moi, de ceux qui passent leur temps à chercher comment commencer décemment les phrases quand ils s’expriment à la première personne. C’est qu’il fallait absolument éviter de se mettre en avant, et donc avancer masqué, en rejetant le « je » un peu plus loin. Plus judéo-chrétien, c’est difficile !

Mais les temps changent, les précautions s’oublient, d’autant qu’on écrit moins : dans le langage parlé on dit « je » assez systématiquement pour exprimer un avis, et on le renforce encore en disant « moi je ». Puis l’autre jour, quelqu’un me demande pourquoi il serait malpoli de commencer une phrase par « je ». Oui, pourquoi ?

Même si dans les mails ça reste difficile (à message concis, pronoms plus visibles), je constate que je me détends de plus en plus. Pour plusieurs raisons :

  • Devoir toujours contourner cette interdiction qui n’a plus vraiment de sens aujourd’hui, c’est fatigant, et je suis fainéante.
  • Les belles lettres argumentées, c’est plus ou moins fini, sauf pour convaincre un éventuel employeur, marquer son respect pour un ancien professeur et lui dire combien on a appris avec lui, ou pour séduire son nouvel amour. On peut le regretter, mais dans la vie courante on peut en faire l’économie.
  • Convoquer le « on » sous l’apparence de la politesse, peut être une façon de justifier une opinion personnelle par un prétendu consensus général, mais cela revient à prendre pour quantité négligeable les avis contraires ou plus nuancés. Ambiguïté inutile.
  • Dire « je » c’est aussi être plus clair, plus direct, plus rapidement compréhensible. Au diable les éléments de contexte sous forme d’adverbe, les périphrases, et tutti quanti.
  • La vie est courte.

Mais nous sommes marqués (du moins, je suis marquée) par la nécessité de ne pas prendre trop de place. « Que veux tu voir comme film ? Je ne sais pas, et toi ? » : sous l’apparente difficulté à faire un choix, il y a un possible sentiment d’illégitimité, à ne pas confondre avec le respect de l’autre.

Ce que traduit peut-être la phrase « un(e) tel(le), c’est toujours moi je », c’est l’impossibilité de prendre en compte les différents avis, et de construire sa pensée avec ce qui m’arrive des autres. Je préfère faire montre de savoir-vivre en laissant à chacun le temps de parler, et surtout, en considérant son point de vue, plutôt que perdre mon temps sur la forme et occulter le « je ».

Du coup, j’en reviens à mon intuition du moment : dire « je » c’est remettre à des signes plus parlants le respect d’autrui, pour être assertif de façon plus lisible, moins alambiquée. C’est prendre ses responsabilités, et s’assumer.

Et hop, un problème de résolu. Enfin presque, car je ne m’attends pas à changer cette habitude en un clin d’œil.

2 commentaires sur « Dire je »

  1. Oui 🙂
    Et, Est-ce que fondre le « je » dans un « nous » ne protège pas un peu ? C’est peut-être pas toujours possible de mettre en avant sa subjectivité et de l’assumer ?
    Ne serait-ce que via-à-vis de nous-même ? ou peut-être du sort, et surtout du mauvais ? Ne pas se montrer à lui, le laisser passer son chemin ?
    Une sorte de disparition là où il semblerait que tout un chacun cherche pourtant ces 15 minutes de célébrités ? Et bien ça me fiche le vertige 🙂

    Merci de nous permettre de penser un peu, peut-être en travers, et parfois plus largement qu’un je, qu’un nous.

    J'aime

    1. Tu résumes tellement bien les choses ! J’aime bien aussi l’idée que chacun participe à une pensée collective. C’est aussi ça le « on », peut-être …

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :